Welcome  Contact
FAQs  Links  News

SEA 2014

South East Asia again!

We were there for 2 months, with Burma and Cambodia as our main destinations.

This was our first time in Burma where we spent 4 weeks and of course, being so near to Cambodia, we could not resist a visit to Angkor.

Read on to learn what we saw and experienced!

Full map of all SEA 2014 pages

Other Things

Translate & Share

Path: Blog > Email Updates > Email Updates French
Tags: SEA14  2014

Email Updates French

 

Nous avons rassemblé les courriels envoyés durant notre voyage ci-dessous. Ce sont les textes originaux, tels quels: avec fautes, erreurs et tout le reste (même chose pour les courriels en anglais).

Nous avons aussi posté les photos qui étaients jointes à ces courriels. Cliquez sur la miniature pour voir la photo en plus grand format et utilisez les touches flèche droite et flèche gauche de votre clavier pour naviguer d'une photo à l'autre.


Subject: C'est parti... SEA2014

Date: Wed, 12 Feb 2014 11:25:02 +0000

Chers Tous,

Nous revoici sur le départ: cet après-midi, nous prendrons le bus pour
Heathrow d'où nous nous envolerons pour Bangkok via Muscat (Oman).
Nous avons donné à ce voyage le nom peu inspiré de SEA 2014 pour South
East Asia 2014. En fait, le but de ce périple est de nous rendre en
Birmanie, un pays que nous ne connaissons pas encore. Nous y resterons
4 semaines, mais avant retournerons au Cambodge pour environ 3
semaines. Incroyable mais vrai, il y a en effet toujours quelques
temples au Cambodge que nous n'avons pas encore vus, comme celui de
Preah Vihar qui est cette fois-ci au programme (voir
https://en.wikipedia.org/wiki/Preah_Vihear_Temple ). Et bien sûr, nous
ne manquerons pas de retourner voir les temples d'Angkor.

En Birmanie, nous visiterons les haut-lieux touristiques du pays (ce
que nous faisons toujours pour un premier voyage). Nous arriverons par
avion à Mandalay, où nous ferons quelques excursions avant de
continuer vers les temples de Bagan (cela sera intéressant de les voir
après être retourné à Angkor). Ensuite, nous passerons quelques jours
aux bords du lac Inle avant de filer sur Yangoon et enfin nous diriger
vers le Sud jusqu'à Dawei, où nous ferons un virage à gauche pour
retourner en Thailande.

Un voyage de deux mois en tout et pour tout, et comme d'habitude, nous
enverrons nos messages en cours de route.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, nous avons déjà une carte Google
avec notre itinéraire et une page sur notre site avec quelques détails
sur notre budget.
Vous en trouverez les liens sur la page suivante:
https://trvl2.com/SEA14/blog/Introduction

Et enfin, à cette adresse, vous trouverez quelques albums photo de
notre dernier voyage en Inde:
https://trvl2.com/Nindia13/photos/Photos

Notre prochain message viendra probablement de Phnom Penh dans une
bonne semaine.

Grosses Bises à tous

Véro et Thomas

PS: Pour ceux qui ne le savent pas déjà, Véro a vraiment participé au
bain des Canards givrés de La Baule le 22 décembre 2013. Il faisait
froid (10C dans l'eau), mais ce n'était pas si dur qu'elle ne le
pensait et elle est vraiment heureuse de l'avoir fait. Thomas était
bien sûr de la partie et a pris quelques photos et pense que ce
n'était pas son dernier bain. Nous envoyons la photo preuve, et
l'adresse du site des Canards Givrés pour ceux qui veulent voir plus
(les photos sur ce site sont surtout celles des participants, il y en
a quelques unes de Thomas seulement).

http://canards-givres.e-monsite.com/album/bain-du-22-decembre-2013/

--
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Véro après la baignade le 22 décembre: 10C dans l'eau, 12C dehors Véro après la baignade le 22 décembre: 10C dans l'eau, 12C dehors


Subject: Muscat - Phnom Penh (PP) - Kampot

Date: Fri, 21 Feb 2014 10:42:10 +0700

Chers tous,

Nous voilà à Phnom Penh et tout va bien. Normalement, nous n'avons pas
grand chose à raconter sur nos vols à destination, mais cette fois ci,
la pluie, qui inonde l'Angleterre depuis maintenant plusieurs semaines
nous a suivi jusqu'à la frontière cambodgienne. Juste avant notre
atterissage à Muscat (souvenez vous, nous parlons ici d'une ville
située dans le désert), des pluies torrentielles se sont abattues sur
la région et ont inondées l'aéroport et les pistes. Nous avons donc du
rebrousser chemin et aller nous poser à Dubai, ou le soleil brillait,
en attendant que cela se passe. Nous avons donc ainsi passé 3 heures
sur une piste à Dubai.

Miracles de la technologie moderne:  alors que nous étions ainsi en
quarantaine, des passagers omanis recevaient des photos de l'aeroport
inondé sur leurs smart phones: une vraie scène biblique.

Finalement nous sommes arrivés à Muscat avec 4 hrs de retard, mais
notre connexion pour Bangkok ayant aussi du attendre la fin de la
tempête avant de pouvoir partir, nous avons pu continuer sans
problèmes.

Malheureusement, cela nous a fait atterir à 11h du soir à BKK et notre
super plan de rallier la gare routière pour un bus de nuit est
littéralement tombé à l'eau. Nous avons donc passé la nuit dans divers
halls de l'aeroport et avons attendu jusqu'à 6h du matin pour prendre
un mini bus de l'aeroport à la ville de Trat, puis un autre encore
jusqu'à la frontière. Et une fois là... il pleuvait, quoique
sporadiquement. Mais tout va bien depuis, nous n'avons plus de
problemes meteorologiques, si ce n'est un soleil implacable et une
temperature de 34C tout a fait supportable.

Nous avons nos visas pour la Birmanie en poche. PP n'a pas vraiment
change depuis notre derniere visite: la circulation que nous avions
trouve empiree la derniere fois n'a pas vraiment augmente. Par contre,
le profil de la ville change: il y a des chantiers de construction
enormes partout. Ils ont meme commence a construire une ile
artificielle au confluent du Mekong et du Tonle Bassac, une sorte de
Palm Island a la Dubai, mais en plus petit bien sur.... Nous nous
demandons qui finance tout cela... mais la rumeur court que quelques
projets ont deja de serieux problemes financiers.

Sinon, nous avons fait ce que tout bon touriste fait a PP. Promenades
le long du fleuve, visite des marches de la ville, que nous avons
toujours trouves fascinants par leur couleurs, variete et odeurs...
Nous avons aussi visite le Phnom Penh qui a donne son nom a la ville
(Phnom = colline), ainsi que le musee national et quelques wats.
Business as usual, quoi ...

En attendant que nos visas soient prets a l'ambassade de Birmanie,
nous avons fait un tour vers Kampot, une ville sur la cote sud, assez
endormie mais tres appreciee des expats. Il est facile de deviner
pourquoi: une chaleur moins intense (brise de mer!), des bons restaus,
des paysages varies et jolis (quelques grottes, les 'montagnes"de
Bokor sur le pas de la porte et bien sur la mer). Ideal pour une
excursion de deux jours.

Demain, nous prenons le bus pour Sra Em, au nord du pays, a la
frontiere thai, d'ou nous visiterons le temple Khmer de Preah Vihar.
Plus la dessus dans notre prochain message, qui viendra dans une bonne
semaine de Siem Reap.

Oui, tout va bien: santé et nourriture, pas de problemes...

Grosses bises à tous
Vero et Thomas

-- 
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Subject: Preah Vihar -- Siem Reap (pour Angkor)

Date: Mon, 3 Mar 2014 11:21:32 +0700

Chers tous,

Nous voila depuis une semaine a Siem Reap, occupes a explorer les
temples d'Angkor que nous apprecions toujours autant. On ne s'en lasse
pas ;-)

Avant cela, nous sommes alles a l'extremite nord du pays pour visiter
le temple isole de Preah Vihar. Cela fait longtemps que nous voulions
y aller, mais les routes pour s'y rendre n'etaient vraiment pas
bonnes. Cela a change ces dernieres annees: le gouvernement Cambodgien
a vraiment investi dans son reseau routier pour rallier cette
province, et particulierement ce temple, qui peut etre le savez vous,
fut l'enjeu d'escarmouches militaires entre le Cambodge et la
Thailande. Pour re-affirmer leur droit legal a ce temple (les Thais
sont vraiment les aggresseurs dans ce cas), ils font tout ce qu'ils
peuvent pour attirer des visiteurs.

Le temple en lui-meme n'est pas particulierement beau ou imposant
compare a d'autres temples de la meme periode, mais son atout
principal en est la location: situe en haut d'un promontoire rocheux,
500 metres au dessus des plaines du Nord du Cambodge, c'est une
position extraordinaire. Il y a deux manieres d'arriver au sommet. La
premiere est de prendre une moto (avec chauffeur), la deuxieme est
d'emprunter l'ancien chemin des pelerins, le long d'un long escalier
monumental, en ruines aujourd'hui, mais double d'un escalier en bois
comptant 2400 marches (ouf!). Nous avons decide de prendre l'escalier.
Il faisait tres chaud, mais heureusement, le parcours se faisait a
l'ombre d'une belle foret. et il y avait une petite brise. En fait,
l'ascension fut le highlight de notre visite!

Nous avons longe pas mal de campements militaires, les pauvres soldats
nous faisaient pitie, loges sous des tentes de fortune, sans
electricite et sans bonne sanitation... Au sommet, il y a meme des
tranchees, renforcees en beton: le conflit n'est pas termine. La
frontiere thailandaise est juste a quelques pas de la face nord du
temple.

Toute cette region du Nord est en train de s'ouvrir a la
"colonisation". Des arpents entiers de forets sont brulees pour
permettre l'etablissement de cultures et elle est enveloppee d'un
nuage de fumee omnipresent, les vues sont completement obscurcies.
Apres deux jours passes la haut, les habits que nous avions sortis de
leurs sacs en plastique puaient fortement la fumee une fois arrives a
Siem Reap. Le plus triste (ou absurde) etaient les panneaux (en
anglais et non en khmer) le long de la route d'acces au temple
proclamant l'importance de la foret pour la population. Dans le genre:
 "If the forest dies, we die" ou encore "Love your nation, love your
trees". Une mauvaise plaisanterie...

Sinon, Siem Reap n'a pas beaucoup change, c'est toujours un endroit
agreable avec plein de choses a voir. Par contre, nous sommes
abasourdis par le nombre incroyable de touristes, meme en cette
periode de fin de saison. Et cela se sent: les infrastructures
arrivent a leurs limites, avec par exemple, le matin, de veritables
embouteillages pour passer la porte monumentale sud d'Angkor Thom. Et
le moindre incident suffit a bloquer le flux des vehicules.

Nous sommes a velo et nous moquons donc de cela, mais pour certains
touristes (surtout asiatiques), cela doit leur rappeler la rush hour
pour aller au travail!

A propos velos: nous avons remarque que de moins en moins de personnes
les utilisent (alors que c'etait la norme auparavant). Nous voyons la
deux facteurs: l'embonpoint des personnes est bien sur lie a leur
usage de bus ou remorques, mais aussi, il semble que les jeunes soient
devenus assez paresseux. En fait, ce sont les vieux (comme nous,
ahahah) qui semblent choisir le velo: on ne perd pas ses vieilles
habitudes facilement!

Et pour finir, nous devons maintenant pousser un coup de gueule...
Nous savons que les groupes de touristes sont inevitables et avec le
temps nous avons appris a vivre avec et a les tolerer. Finalement, ils
ne font que la meme chose que nous, seulement d'une autre facon. Mais
la, Angkor 2014 a atteint un niveau difficile a imaginer. Ce sont
maintenant des centaines de groupes qui affluent sur le site.

Mais la n'est pas le vrai probleme: le probleme ce sont les groupes
chinois et sud coreens. Ces derniers par leur nombre incroyable, a
croire que Siem Reap est devenu une province coreene (un peu comme le
Mt St Michel cet hiver avec les Japonais). Ils sont certes partout,
mais assez bien eleves..

Au contraire des Chinois, qui eux, ne sont pas encore trop nombreux,
mais se font remarquer par un bruit incessant, des cris, et une
attitude de bulldozer virant a l'incivilite.

Voila, c'est dit! nous nous sentons beaucoup mieux maintenant!

Sinon tout va bien. Nous prenons l'avion le 10 Mars pour la Birmanie
d'ou viendra notre prochain message dans deux bonnes semaines. Pas
surs de la situation internet la-bas, ne vous inquietez donc pas si
nous sommes un peu en retard.

Grosses bises

Vero et Thomas

PS:  Pas de photos, car notre appareil (Fuji X10) ne supporte que le
mode PTP, pas facile a utiliser dans les cyber-cafes. Et les cafes
jusqu'a maintenant n'ont pas de lecteurs de carte (que nous avons
oublie, ahahah...)

-- 
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Subject: Bangkok -- Mandalay

Date: Fri, 14 Mar 2014 16:05:19 +0630

Chers Tous,

Nous voici a Mandalay, et nous attendons notre train de nuit pour
Bagan (21h a 5h du mat, cela promet...)

De Siem Reap, nous sommes alles a Bangkok ou nous avons passe quelques
jours a flaner dans la ville et visiter quelques pagodes. Comme vous
le savez probablement, il y a en ce moment des problemes en Thailande
et l'atmosphere de la ville est assez etrange. Il y a plein de "camps"
d'opposants a plusieurs points de la ville, des collections de tentes,
et le tout a plutot une ambiance de fete foraine qu'un meeting
politique. L'armee est la, ostensiblement pour "aider en cas
d'urgences medicales" et les camps sont entoures de barbeles avec
controles a l'entree. Il y a pas mal de musique, des Barbecues, et de
temps en temps des discours politiques que nous ne comprenons pas,
mais semblent etre assez ardents (bien que pas grand monde ne semble
les ecouter).

Apres trois jours, nous avons pris un vol pour Mandalay. C'est la
deuxieme ville de Birmanie, mais malgre son nom romantique, la ville
n'est pas une beaute, une ville de beton avec des batiments de style
chinois, quelques uns a la facade carrelee. Il y a une forte
pollution, cela nous rappelle Delhi ou Kathmandou il y a 20 ans.

La ville semble encore endormie et le pays semble etre quelques
decades en arriere: pas de neons, pas de supermarches, quelques
voitures pas tres modernes. Mais le principal, ce sont les habitants,
et de ces quelques jours nous pouvons deja dire qu'ils sont
extremement chaleureux et accueillants. Ils sourient, sont toujours
prets a partager leur casse croute lorsque nous sommes avec eux dans
les pick ups (transport local), c'st un plaisir de les connaitre.

Qu'avons nous deja visite? Et bien, des pagodes, encore des pagodes,
et toujours des pagodes. Il y en a de tres belles en bois, tres
elegantes et ornees de sculptures delicates. Mais il y en a aussi de
plus massives, en briques, recouvertes de platre blanc ou bleu tres
clair.

Nous avons aussi fait une excursion pour voir le pont en tek de U
Bein, construit en 1850, il est encore utilise et en bon etat.

De Sagaing (une autre excursion), nous ramenons de tres bons
souvenirs: c'est une ville remplie de pagodes et de monasteres etablis
le long des collines qui l'entourent et tous interconnectes par des
chemins et des passages.

Malheureusement, la poussiere et les brumes de chaleur nous cachent
les belles vues promises par nos guides. Venir apres la mousson est
probablement une meilleure saison pour cela.

Il est un peu tot, mais voici deja deux impressions generales sur ce
nouveau pays:

1. La Birmanie est extremement bouddhiste. En cela, et dans le
caractere relax du pays, cela nous rappelle un peu le Laos.

2. D'un autre cote, on y ressent d'interessantes influences indiennes.
Par exemple, tout le monde ici mache des noix de betel: homme, femme,
jeune, vieux, meme les moines (bien plus qu'en Inde en fait)

Sinon tout va bien. Il fait beau, une chaleur seche bien supportable.
Et surtout, la cuisine de rue birmane est formidable: curries et
snacks a volonte, on se regale.

Internet est ABOMINABLEMENT lent ici. Une vraie torture. Nous tapons
notre texte dans Notepad et attendons que Google Mail se charge, cela
prend une eternite et puis tout crash... Nous resterons donc brefs et
n'enverrons notre prochain message que de Yangon dans une bonne
dizaine de jours (soit disant que la connexion est meilleure la bas).

Grosses bises a tous

Vero et Thomas

-- 
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Subject: Bagan -- Lac d'Inle -- Kalaw (et Yangon)

Date: Tue, 25 Mar 2014 15:52:31 +0630

Chers tous,

ce message est en Anglais car suite a une chute malencontreuse de
Vero, elle ne peut pas ecrire longtemps. Cela est arrive lorsqu'elle a
perdu l'equilibre en montant dans un pick-up et est tombee lourdement
a terre. Elle a donc un enorme hematome au bras superieur droit. Rien
de casse, a son avis, mais le bras est tres douloureux et est en train
de passer dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Apres le premier
choc tout va bien maintenant et nous continuons notre programme comme
prevu.

A vos dictionnaires (ou Google Translate)... Grosses bises a tous

Vero et Thomas


-------------------ENGLISH TEXT-------------------

Dear friends,

with a little delay, here's the next mail. Main reason for the delay
is that we decided, after Inle Lake, to spend three more days near the
lake, in the mountains around Kalaw. So we only arrived in Yangon this
morning, after a (for a change) quite enjoyable night bus ride (we're
getting the hang of it).

OK, so from Mandalay we took a night train (ordinary class, just for
the fun of it) to Bagan. The train was not too bad, after all the
anecdotes we'd heard about Myanmar Railways we expected worse. It was
VERY shaky and VERY bumpy indeed, but it was on time and not nearly as
overcrowded as a comparable Indian train would be. Having said that,
Myanmar trains feel a little antiquated and weird, hard to explain
that more precisely. Let's just say that if Fawlty Towers were not a
hotel but a railway operation, we think it might feel like Myanmar
Railways (don't get us wrong: we love FT!).

The big thing in Bagan (just a collection of small villages with guest
houses and hotels) is the vast, enormous collection of pagodas,
stupas, ordination halls etc. More than 2000 indeed and most around
800 to 1100 years old. In fact, many people compare the temple
landscape of Angkor with that of Bagan. There are some superficial
similarities, but the two sites are really not comparable. Bagan is
almost purely a Buddhist site and biking through a landscape dotted
with so many religious buildings left and right does have a certain
romantic feel to it. However, the pagodas and stupas are all built to
similar blueprints, so after you've seen the three or four different
main types, it gets a bit repetitive. Angkor is much more varied in
comparison. Also, many Bagan pagodas and stupas are somewhat
over-restored whereas in Angkor nature has almost reclaimed quite a
few temples.

Nevertheless, we really enjoyed our 4 days in Bagan, not least because
we have always wondered how it would feel after having been to Angkor
so often. It is certainly a privilege to be able to see these two
great sites within weeks of each other.

From Bagan, a not very solid night bus to Inle Lake. This lake (2nd
largest in Burma) is probably the tourist trap par excellence in the
country... you must have seen photos or a feature about the fishermen
of Inle with their peculiar rowing/fishing technique. This being the
shoulder season it was not too bad, and once on the lake (the round
trip takes a full day) it is nearly impossible not to spend a great
day. We talked our boat driver into doing the normal circuit "in
reverse" so we met only very few tourists. We also walked for a day in
the vicinity of the lake which is surrounded by high mountains: very
nice. This gave us the idea to spend a few more days in the region.

So from Inle we took a train (day) to 60km distant Kalaw (a 3-hour
ride), a sort of hill station (around 1320m or 4000ft altitude) but
without many remains of the British. Lovely climate, hilly landscape
with great day-hiking possibilities. We stayed there three days before
boarding a VIP night bus to Yangon (the bus was really very nice for a
night ride).

So now we're in hot and humid Yangon and though we have not seen a lot
yet, we can already say that this won't be our favourite city in SE
Asia. It has a strong Indian touch to it (good), whereas Mandalay had
a somewhat Chinese feeling. Compared to the later it is less dusty but
much more rundown and dirty. Almost all the old colonial buildings are
in an advanced state of decay or disrepair, even some of the "crown
jewels" like the High Court and the Irrawaddy Waterways building are
only restored skin-deep. Walk around the buildings and there are small
trees and bushes growing out of the walls...

Alas, the one bad news we have is that Vero managed to fall off a
pick-up while climbing into it. She fell on her right arm, which is
now badly swollen and has a severe contusion and hurts a lot. She
thinks that nothing is broken so for the time being we just wait and
see and watch the amazingly extensive haematoma go through all colours
of the rainbow. She moves around very carefully because anyone bumping
into her (or she having another fall...) would certainly spell further
disaster. Just a bit of bad luck... But she now takes it with a smile
(after the initial shock) and is her old upbeat self again.

We'll stay one day less than planned in Yangon and then continue as
per the map Vero has done. The next mail will probably come from
somewhere in Thailand then.

All the best

Thomas and Vero

-- 
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Subject: Yangon -- Bago (à venir: Golden Rock -- Hpa An -- Moulmein)

Date: Sat, 26 Apr 2014 17:07:47 +0100

Chers tous,

Nous voilà de retour en Angleterre. Le bras droit de Véro, plus d'un
mois après sa chute stupide, est  presque guéri quoique certains
mouvements soient encore douloureux. Le médecin anglais, consulté à
notre retour n'a pas fait grand chose si ce n'est confirmer notre
propre diagnostique que l'os n'était pas cassé et qu'il fallait
prendre son mal en patience. Ce qu'elle fait avec bonne humeur.

Retournons en Birmanie. Il s'est passé beaucoup de choses depuis notre
dernier message de Yangon. Nous y sommes restés quatre jours, avant de
passer un jour à Bago (la ville des grands Bouddhas), deux à Kyaikto
(pour le Rocher d'Or), deux à Hpa-an et trois à Moulmein, avant de
retourner en Thailande après un trajet épique dans les montagnes
séparant les deux pays.

Yangon donc. Cette ville a le centre ville le plus décrépit que nous
ayons vu depuis longtemps (nous sommes tentés de dire jamais vu, mais
il y a eu Vientiane en 2006/07). Bouches d'égout ouvertes, trottoirs
éventrés, nids-de-poule de la taille d'un chien, quelquefois avec le
chien dedans... vous imaginez. Sans parler des vieux immeubles (datant
de l'époque coloniale Britannique) avec leurs colonnes classiques et
leurs portiques: ils sont tellement délabrés qu'il est étonnant (et
parfois incroyable) qu'ils ne soient pas encore tombés en ruines (voir
photo 1).

Le centre est très animé, chaotique, bondé (plus que, disons, Bangkok
ou Kuala Lumpur). Assez sale aussi, presque dégoutant... En fait
Yangon nous a rappelé certaines villes d'Inde, surtout que le centre
est surtout un quartier peuplé d'Indiens. En résumé, nous avons été
assez déçus par Yangon.

Les quartiers périphériques, où les gens plus aisés habitent, sont
plus propres, mais ils semblent vides de vie. Il y a à peine de
circulation -- c'est un des rares endroits en Asie où l'heure de
pointe n'est pas un problème.

Bien sûr, il y a la pagode de Shwe Dagon, la raison principale (et
unique?) de venir à Yangon. Elle est la mère de toutes les pagodes
(voir photo 2), et dans un pays où il y a plus de pagodes que de
rizières, cela veut dire quelque chose. Le stupa central est énorme et
entouré d'une multitude d'autres stupas, pagodes, autels, etc etc.
Beaucoup sont recouverts d'or (du vrai!) et le stupa principal a en
son sommet un diamant de 76 carat. Il est facile d'y passer la journée
(ce que nous avons fait), à observer les Birmans qui font exactement
cela: il y a donc  toujours quelque chose à observer (même si les
Birmans ne sont pas les plus dynamiques).

Bien que Yangon soit la plus grande ville du pays (ou est-ce pour
cela?), elle souffre assez de coupures d'électricité de quelques
heures au moins une fois par jour (un problème dans toute la Birmanie,
mais moins pire que disons, au Népal) et il n'y a presque pas
d'éclairage de rue la nuit: les rues des quartiers non commerçants
sont plongées dans le noir car ce sont les lumières des magasins et
cafés qui "illuminent" les rues. Les villes de province sont louées à
meilleure enseigne, mais c'est loin d'être bien mieux.

Nous avons pris le train pour atteindre notre prochaine étappe, la
ville de Bago (Pégou), située à une soixantaine de km au Nord-Est de
Yangon. Il y faisait si chaud, que nous nous sommes traînés, en suant
à grandes eaux, de pagode en pagode, de Bouddha en Bouddha. La ville
est célèbre en Birmanie pour sa collection de Bouddhas inclinés
géants: les photos 3 et 4 vous en donnent une idée, nous ne les avons
pas retouchées ou truquées! De retour en Angleterre, cette journée
avec sa chaleur et sa langueur nous semble un peu irréelle, Mais les
Bouddhas sont vraiment magnifiques ... et c'est bien le principal ;-)

Nous enverrons un autre message la semaine prochaine pour vous
raconter nos derniers jours en Birmanie et notre voyage vers la
Thailande. Nous écrirons aussi pour vous donner quelques impressions
et réflexions sur la Birmanie et les Birmans en général. Sans oublier
quelques photos de la première partie de notre voyage que nous n'avons
pas pu envoyer en cours de route.

Grosses bises à tous

Véro et Thomas

-- 
Follow us on ~ Suivez nous sur https://trvl2.com/=sea14a

Cliquez sur une photo pour accéder à toute la galerie des photos qui étaients jointes à ces courriels et utilisez les touches flèche droite et flèche gauche de votre clavier pour naviguer d'une photo à l'autre

Vieux bâtiments coloniaux au centre de Yangon. Vieux bâtiments coloniaux au centre de Yangon. La pagode de Shwe Dagon à Yangon. La pagode de Shwe Dagon à Yangon.

Bago: Bouddha couché de Mya Tharlyaung, construit en 2006. Bago: Bouddha couché de Mya Tharlyaung, construit en 2006. Bouddha couché de Mya Tharlyaung. Hauteur: 21m, Longueur: 90m. Bouddha couché de Mya Tharlyaung. Hauteur: 21m, Longueur: 90m.


Subject: Golden Rock -- Hpa An -- Moulmein -- Myawaddy

Date: Wed, 30 Apr 2014 17:40:47 +0100

Chers Tous,

Oups... une petite erreur de manipulation nous a fait envoyer la
version anglaise de notre dernier mail à la liste française. En voici
maintenant la traduction, texte seulement, les photos sont dans le
premier mail.

De Bago, nous sommes allés à Kyaikto/Kinpun. C'est un des lieux de
pélerinage les plus importants en Birmanie, où se trouve le Rocher
d'Or, un énorme rocher doré perché en équilibre sur un autre (voir
photo 1). Il y a beaucoup de formations géologiques similaires dans
les environs, mais le Rocher d'Or est le plus célèbre et le plus connu
de tous. La couleur dorée vient du fait  que les pélerins birmans
depuis toujours y appliquent des centaines de milliers de petites
feuilles d'or toutes minces  (hommes seulement, car les femmes n'ont
pas le droit de s'approcher trop près ou de toucher le rocher).  La
partie qu'ils ne peuvent atteindre est simplement peinte en couleur
or.

Nous étions là à la fin de la saison des pélerinages (il commence
vraiment à faire très chaud en Mars / Avril), mais il y avait encore
de nombreux fidèles, Tout ce petit monde est transporté par de gros
camions aménagés pouvant accueillir environ 60 passagers massés sur la
plate-forme arrière, tous assis sur des planches en bois, pressés
comme des sardines (vu le nombre de pélerins, il faut reconnaître que
le tout est vraiment bien organisé, cela nous a rappelé un peu notre
vol vers Rome avec Easy Jet.)

On peut aussi atteindre le rocher à pied (environ 10 km et 1000 mètres
de dénivellé, 3 à 4 heures de marche), mais peu de gens le font par
cette chaleur. Nous avons décidé de prendre le "transport de bétail"
pour y monter et de redescendre à pied. C'était une bonne idée car le
paysage est intéressant et très varié. Le chemin est en très bon état
et jalloné de divers bouis-bouis, où l'on peut acheter à boire ou à
manger, ainsi que toutes sortes de souvenirs, jouets et autres choses.
Entre autres, de grosses mitrailleuses en bambou (appelées "Bamboo
Rambo(o)"). Les Birmans, enfants comme adultes raffolent de ce jouet
un peu incongru dans un pélerinage.

La montagne est complètement aménagée pour recevoir les fidèles et le
tout est une machine à faire du fric de premier ordre, très bien
organisée. Le fait est que toutes les pagodes  en Birmanie (ainsi
qu'en Thailande et à un moindre degré au Cambodge) sont des machines à
 fric. Mais le Rocher d'Or est vraiment extrême dans la façon où l'on
extorque l'argent des pélerins en réclamant des donations à tout bout
de champ et à chaque coin de chemin.

Il faut une donation pour l'entretien de la route, alors qu'ils ont
payé 2500 Kyat (environ  2.5 $) pour prendre le camion, un prix assez
cher à payer dans un pays où un repas complet coûte 1500 Kyatt max
(photo 2). Puis il faut une donation pour les danses et chants
religieux, devant chaque autel, dans les pagodes, pour la nourriture
des bonzes, pour ci et pour ça, et puis les pauvres bonzes ont aussi
besoin d'eau potable... vous pouvez imaginer le cirque qu'est cette
affaire de donations, et surtout quelle bonne affaire...

Mais comme les Birmans sont très pieux et dévots (plus que les autres
peuples que nous avons vus jusqu'à maintenant en Asie) ils acceptent
sans broncher et même de bon coeur. C'était vraiment à voir, quoique
cela doit être pareil dans la plupart des lieux de pélerinages, toutes
religions confondues (peut être sans les fusils en bambou).

Du Rocher d'Or, nous avons pris un pick-up (sans tomber cette fois)
pour Hpa-An, une petite ville sympa sur les rives du fleuve Thanlwin
(appelé aussi Salween). La Birmanie en dehors des grandes villes est
très agéable. Nous avons aimé Kalaw et Hpa-An nous a vraiment plu,
surtout à cause de son paysage karstique où l'on trouve de nombreuses
formations rocheuses assez étranges (photo 3), scintillant dans la
chaleur. Nous avons fait de belles balades où nous avons bien
transpiré.

Puis ce fut Moulmein, une ville assez grande qui fût un temps la
capitale de la Birmanie coloniale. Moins agréable que Hpa-An, la ville
s'étend au pied d'une longue crête d'orientation nord-sud sur laquelle
se trouve une collection impressionnante de pagodes, l'endroit idéal
pour admirer le coucher du soleil sur le fleuve Thanlwin (photo 4,
prise cependant à Hpa-An).

Après trois jours, nous avons quitté Moulmein, direction la Thailande.
La route de montagne menant à la ville frontière de Myawaddy est très
sinueuse et beaucoup trop étroite pour permettre une circulation à
deux sens. Du coup, le jour X, une file interminable de voitures et de
camions va de Moulmein à Myawaddy, et le jour X+1 c'est la même chose
dans le sens contraire de Myawaddy à Moulmein. Le paysage est
magnifique, mais la route (comme la plupart des routes en Birmanie) en
mauvais état et pleine de bosses.

Nous avions partagé un taxi avec deux autres passagers (birmans) et
notre chauffeur se prenait pour un pilote de Formule 1.
Malheureusement, ses nombreuses tentatives de dépassement,
complètement inutiles et très osées, nous ont fait bondir plus d'une
fois dans nids-de-poule tout en nous enveloppant dans un nuage de
poussière et de sable. Encore pire, le moteur était en constante
surchauffe (pas étonnant) et nous étions donc obligés de stopper à
intervalles réguliers pour asperger le moteur d'eau froide
heureusement abondante dans ces montagnes, perdant ainsi toute avance
gagnée après ses dépassements débiles. Vraiment un voyage
"intéressant", heureusement que nous n'avions pas de bus, train ou
avion à attraper :-)

Nous sommes arrivés à Myawaddy vers 14h après plus de 7 heures de
route pour  160 km de route. Encore une heure, et nous étions enfin à
Mae Sot à 15h (la ville Thailandaise de l'autre côté de la frontière).
Et voilà, c'était Birmanie 2014!

Nous enverrons un dernier messageavec quelques réflexions et
impressions sur la Birmanie en général -- c'était après tout notre
première visite dans ce pays et nous avons pas mal à raconter.

Grosses bises

Véro et Thomas

Le Rocher d'Or. Le Rocher d'Or. Repas sur le pouce. Repas sur le pouce.

Hpa-An: pagode au sommet d'un rocher karstique. Hpa-An: pagode au sommet d'un rocher karstique. Coucher de soleil sur la rivière Thanlwin à Hpa-An Coucher de soleil sur la rivière Thanlwin à Hpa-An


Subject: Hôpitaux Kantha Bopha au Cambodge -- Impressions birmanes

Date: Mon, 5 May 2014 15:08:49 +0100

Chers Tous,

Voici donc le dernier mail consacré à notre voyage SEA14, mais avant
d'en venir à nos impressions sur la Birmanie, nous aimerions attirer
votre attention sur les Hôpitaux pour Enfants Kantha Bopha au
Cambodge, Ils sont la création d'un médecin Suisse, Beat Richner et
nous vous invitons à lire dans l'article suivant pourquoi ces hôpitaux
nous tiennent aussi à coeur:
https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/beat-richner-medecin-4159

Nous connaissons l'hôpital de Siem Reap depuis notre première visite
au Cambodge et avons eu l'occasion de voir le travail impressionant
qui y est  fait. Beat Richner et son équipe ont surtout besoin de deux
choses: de l'argent et du sang. C'est d'ailleurs le titre d'un film
consacré à son travail: https://www.gachot.ch/gachot_geldoderblut.html

Si vous vous sentez interpellés et avez envie de faire un don:
https://www.beat-richner.ch/about-kantha-bopha

Revenons à la Birmanie. Ne prenez pas ce que vous allez lire par la
suite pour argent comptant, car ce n'est que notre première visite
dans ce pays et nos perceptions peuvent changer (et le feront
probablement). En fait, certaines de nos observations et conclusions
vont quelquefois à contre-courant de celles d'autres voyageurs et
n'engagent donc que nous mêmes.

1. Les guides que nous avons lus sur la Birmanie donnent une image
trop positive de ce pays... Il est vrai que les Birmans sont très
accueillants, toujours le sourire aux lèvres et comme les Cambodgiens,
ils ont l'habitude de rire lorsqu'ils sont embarrassés ou ne
comprennent pas ce que l'on dit. Mais la vie en Birmanie est très dure
et cela se ressent. La plupart des gens sont pauvres; les services
publics (santé, routes, transport, écoles, etc) sont de très mauvaise
qualité, si ce n'est inexistants; et malgré l'assouplissement récent
de la situation politique, les gens sont toujours sur leurs gardes
face à leur gouvernement.

L'ambiance dans le pays nous a rappelé l'Iran... des gens opprimés
mais fiers, parfois pleins de morgue, otages de la situation et sans
perspectives pour s'en sortir. Quelquefois au sens propre du mot: nous
avons longuement discuté à Kalaw avec un Birman d'origine indienne, un
Sikh. Comme nous parlions de l'Inde et de nos voyages là-bas, il
constata avec une grande tristesse dans la voix, que nous pouvions y
aller si facilement, alors que lui -- en Birmanie depuis 5 générations
et si près de l'Inde -- ne le pouvait pas. Impossible pour lui de voir
la terre de ses ancêtres, même s'il pouvait rassembler l'argent
nécessaire, le gouvernement ne lui donnerait jamais les papiers pour y
aller. Et il n'était pas le seul à ainsi exprimer sa frustration.

2. Dans ce pays bouddhiste par excellence, nous avons ressenti
beaucoup d'aggresivité sous-jacente. Les gens s'échauffent  rapidement
et se disputent fréquemment. Pendant tous nos voyages en Asie, nous
n'avons pratiquement pas vu de violence entre concitoyens (à part dans
les gares en Inde, ou la police ne se fait pas prier pour user de la
matraque quand il s'agit de chasser les sans-abris dormant sur les
quais  - mais c'est de la violence d'état). En Birmanie, nous avons
été témoins de deux bagarres assez brutales. La première dans une
pagode (!) entre une jeune femme et un jeune homme finit par du sang
et des ecchymoses. et la seconde à la gare de Yangon entre deux femmes
d'âge mûr, qui se battaient comme des mégères avec une telle hargne
qu'elles ont du être séparées par un groupe de bonzes.

3. En fait, voir des bonzes s'interposer et intervenir ainsi était
quelque chose, car en Birmanie les bonzes se doivent d'éviter autant
que possible tout contact direct avec une femme. Ainsi, dans un bus,
s'asseoir près d'un bonze si vous êtes une femme est impensable et si
il n'y a pas d'autre siège disponible. le chauffeur fera changer un
passager homme de place pour éviter cette situation. De même, il y a
des compartiments réservés pour les bonzes dans les trains. En
Birmanie, les bonzes sont presque des demi-dieux, et sont traités avec
grande révérence.

Cependant, en tant qu'outsiders, si nous comparons leur comportement à
celui des bonzes dans d'autres pays d'Asie, nous trouvons que la
majorité des bonzes Birmans ne sont pas vraiment des modèles du genre:
beaucoup fument comme des cheminées, mâchent du paan, textent
abondamment et semblent aimer leur smartphones tendrement... Quand on
pense que les moines bouddhistes se doivent d'observer les Préceptes
définissant une vie de renoncement et de simplicité, nous ne les
trouvons pas vraiment convaincants. Mais cela ne semble pas gêner les
fidèles Birmans qui affluent vers les pagodes en nombre considérable
pour prier (voir photo 1) et bien sûr donner l'aumône.

4. On dort beaucoup en Birmanie. Le nombre de personnes, parfois de
familles (voir photo 2) que l'on rencontre endormies en plein jour,
est assez impressionant. Tout endroit est bon pour faire un somme:
leur magasin, un coin de marché, les pagodes, les pick-ups, même à dos
de moto (passager bien sûr), Vraiment partout.

5. Nous avons pris pas mal le train et n'avons pas trouvé l'expérience
aussi traumatisante que ne le laissaient penser les guides
touristiques. Bien sûr, ce n'est pas tout confort et très cahoteux:
les wagons tanguent tellement qu'on a peur qu'ils se renversent, mais
ce n'est pas le cas et après un moment, on peut se laisser bercer par
le bruit des roues sur les rails. La plupart des trains que nous avons
pris étaient bien remplis, mais ce n'est pas bondé comme en Inde.
Chaque ticket a un siège assigné  et les passagers restent à leur
place et ne la partagent pas avec d'autres, une chose inconcevable en
Inde.

6. Internet en Birmanie est catastrophique. Lent (vraiment lent: même
un vieux routeur de 56kbps serait plus rapide) et tellement instable
qu'il en devient inutilisable avec la plupart des sites web modernes.
Nous avions des problèmes pour démarrer Google Mail (même dans la
version Basic HTML), et il ne faut pas songer à mettre des photos en
ligne. Le tout n'est pas arrangé par les sempiternelles coupures de
courant inopinées. WIFI n'était pas bien mieux... nous étions toujours
contents lorsque notre mail partait sans anicroches.

La couverture téléphonique est un peu meilleure. Cependant, les
Birmans ne sont pas accros aux portables comme leurs voisins
asiatiques et les smartphones n'ont pas encore envahi le pays (à part
chez les bonzes qui semblent "bien" mettre à profit l'argent des
aumônes qu'ils recoivent). De plus, il n'y a pas de Roaming: nous
n'avons pas eu une connexion dans les quatres semaines de notre
séjour, même pas à Yangon.

En fait, tout cela reflète le fait que l'isolation politique de la
Birmanie dans les dernières décades ainsi que l'héritage du socialisme
économique Birman ont eu pour effet de figer le pays dans le temps. La
société de consommation n'est pas encore arrivée: il y a très peu de
marchandises importées dans les marchés, et si il y en a, elles sont
d'origine chinoise (Huawei tient le marché de la téléphonie). Les
affiches de mode semblent démodées et naives, il n'y a pas de produits
de beauté ou de soin occidentaux, les paysans labourent encore leurs
champs avec des charrettes à boeufs. Cela fait de belles photos
souvenir mais ne fait qu'accentuer la misère des Birmans. L'ouverture
récente du pays aux étrangers va sûrement accélérer le temps et amener
des changements, il sera intéressant de voir comment la Birmanie
s'adaptera.

7. Presque tout le monde mâche du paan (des feuilles de bétel dans
lesquelles on roule du tabac avec de la chaux et de la noix d'arec).
Les Indiens le font aussi, mais pas tant que les Birmans: ceux-ci
achètent leur paan en paquets de 15 à 20 chiques et homme ou femme,
peuvent consommer un tel paquet en une demi-journée. Ils mastiquent
leur chique pendant environ 20 minutes avant d'en recracher le reste,
accompagné de jus rouge assez dégoutant qui laisse des tâches rouges
très pénétrantes.  Le paan est addictif et a pour effet (entre autres)
de tâcher et abîmer les dents, les réduisant en chicots pourris, un
paradis (ou un cauchemar?) pour dentistes. Rien de plus choquant que
de voir un jeune homme ou une jeune femme vous sourire et découvrir
des dents à moitié pourries dans un beau et jeune visage.

8. La nourriture de rue est excellente et abondante et la Birmanie est
sur ce point là dans la même ligue que la Thailande ou la Malaisie. On
trouve partout des stands ou des vendeurs à la sauvette, offrant des
douzaines de différents snacks sucrés ou salés, toujours fraichement
préparés: impossible de mourir de faim.

Pour finir, la photo 3 vous montre un pick-up Birman. Comme vous
voyez, il peut en effet arriver que quelqu'un de vraiment peu agile,
puisse tomber de la petite plate-forme en montant dedans ;-)

Voilà pour le moment. Nous mettrons quelques pages et photos en ligne
sur notre site et enverrons un mail lorsque cela sera fait. D'ici
là... profitez bien du printemps!

Grosses bises

Véronique et Thomas

Jeune femme priant avec ferveur dans une pagode. Jeune femme priant avec ferveur dans une pagode. Sieste familiale à l'intérieur d'une pagode. Sieste familiale à l'intérieur d'une pagode. Un pick-up birman typique. Un pick-up birman typique.



$updated from: Email Updates.htxt Fri 15 May 2020 14:57:27 trvl2 (By Vero and Thomas Lauer)$